Un jour, mon maître viendra.

Aller en bas

Un jour, mon maître viendra.

Message par Snow White le Mer 29 Avr - 21:42

[Bon je post' quand même, pour une fois que j'ai de l'inspiration.]

On ne savait pas vraiment si, dans la journée, il aller faire beau ou non. Il devait être neuf heure du matin, alors qu’on entendait quelques bruit de pas faire des allés retours dans une pièce. Une grande pièce, certes, mais qui paraissait vraiment petite à cause de ce qu’elle contenait. Des cages, à n’en plus pouvoir les compter. Des barreaux gris, ternes, la plupart rouillés et, comme si cela ne suffisait pas à se croire en prison, la minuscule porte qu’elle possédait -A peine assez grande pour laissé passer un humain rampant- était scellée par un cadenas aussi gros que la paume de ma main. Il faisait sombre, frai. Un peu comme la SPA la plus démunie du plus démunie des quartiers. Dans les cages métallique qui bordait la pièce se tenait des hommes, et des femmes. Étrange, mais ce qui était le plus stupéfiant, c’est qu’on aurait dit qu’il savait pourquoi ils étaient là. Ils se tenaient comme de petits chiot, attendant un maître. Enfin, je n’ai pas totalement tord, il faut l’avouer.
Puis, dans l’une de ses prisons, il y avait une jeune fille, endormie ou, plutôt, devrai-je dire, étourdie. De loin, elle avait l’air morte, et pourtant. Quelques secondes plus tard, la demoiselle s’éveilla, ouvrant un œil, puis l’autre. De beau yeux perçant d’ailleurs, un peu cachés par une fine mèches de cheveux argentée. Elle sursauta.

- Mais… Putain ma tête… J’suis où là?…

Elle regarda autour d’elle, ne voyant rien d’autre que les cages et un homme, grand, musclé, en dehors de la rangée, qui faisait des allés et retours infinis.

- Hey toi! Ouai c’est à toi que j’parle l’gros en costard moche! On est où là? Et pourquoi tu m’regarde comme ça j’ai un truc sur le pif?!

Puis, aussi surpris que catastrophé, l’homme se dirigea vers la jeune fille, puis s’abbaissa

- C’est quoi ton nom, gamine? Snow … Alors écoute moi bien SNOW, tu reparle encore une fois sans qu’on t’es donné l’autorisation, t’auras même pas commencé ta vie d’esclave que tu sera déjà couverte de bleu!

Lui répondit-il, en donnant un énorme coup de matraque sur les barreaux, et en lui crachant au visage. Stupéfaite, Snow se recula, passant son bras sur sa joue pour retirer la bave de son cher ami, en lui lancant un regard tueur. L’homme, lui, n’avait pas l’air de regretter. Il riait à tout vas. La jeune fille était acroupie dans le peu de paille qui se trouvait dans sa cage, en décortiquant un brin. Elle semblait être la plus irrespecteuse, et la plus courageuse de toutes les autres bêtes se trouvant ici... Peut-être trop même.
avatar
Snow White

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 25
Où es-tu ? : En cage.
Pouvoirs : Aucun.
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wazat0-da-y0.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, mon maître viendra.

Message par Vladimir Von Oleander le Ven 1 Mai - 15:57

A peine avait-il acquit une esclave que déjà il lui en fallait une autre, Vladimir ne se lassait jamais de pouvoir posséder de petites créatures faibles et corrompues comme ces humaines. Oh, certes, son esclave avait un grand cœur, et des idéaux humains bien trop ambitieux pour la faible race à laquelle elle appartenait, mais elle n'en restait pas moins naïve, et il venait chercher ici une fille, ou peut-être un mâle qui lui ramènerait les pieds et la conscience sur terre.

Pourquoi le comte ne s'en était pas chargé lui-même? Il ne le savait pas, peut-être que pour notre sanguinaire héros de la guerre entre vampires et humains n'aimait pas se battre lorsqu'il savait la tâche accomplie avec noblesse et réussite d'avance. Non, il préférait que quelqu'un d'autre s'en charge, de plus à ce rythme-là, sa petite souris ingénue effacerait ses craintes et se ferait plus docile, il n'était pas question qu'elle le déteste lui plutôt qu'un autre, ou une autre.

- C’est quoi ton nom, gamine? Snow … Alors écoute moi bien SNOW, tu reparle encore une fois sans qu’on t’es donné l’autorisation, t’auras même pas commencé ta vie d’esclave que tu sera déjà couverte de bleu!

Un bruit de violence incontrôlée lui fit doucement pivoter la tête. A pas de loup il se dirigea derrière le malotru qui frappait tour à tour sur les barreaux des filles enfermées pour la journée dans l'attente d'un maître. Celui-là était un colosse en costume, il n'avait pas l'air commode, mais semblait posséder assez de cervelle pour savoir faire un nœud de cravate, c'était déjà ça, il ne fallait pas trop en vouloir aux anciens criminels humains, ce n'était pas leur faute...

"Et pourquoi violenter une si petite jeune fille mon ami?" Le ton du comte avait été si bas qu'on aurait pu croire qu'il murmurait, avec un très léger sourire, il vit la silhouette en face de lui s'affaisser, tenter de répondre, et finalement s'abaisser à terre.

"Pardonnez-moi mais cette petite peste insulte à tous vas quiconque se présente ici, j'ai cru bon de lui donner une bonne leçon!
- Et tu aurais violé le devoir le plus fondamental de tout homme, humain, lycan, vampire ou zombie...
-De... devoir?"

Vladimir ne prit pas le temps de lui expliquer et enfonça son pied dans sa jugulaire pour le faire chuter, violemment à terre. Sans prêter plus d'attention à ce moineau sans cervelle, il se pencha de nouveau sur la cage et tendit sa main, paume vers le ciel, avec un fin sourire séducteur sur les lèvres.

"Pardonnez ce rustre sans cervelle, frapper une femme n'est pas dans les habitudes qu'on leur inculque normalement" Il avait tourné ses iris emmeraude vers le tas de muscles et de graisse qui déjà se relevait.

"Je me présente, Vladimir Von Oleander, le "Comte" de Roumanie ancienne, je crois que vous pourriez m'être utile."
avatar
Vladimir Von Oleander

Nombre de messages : 23
Pouvoirs : # Illusion des ténèbres : D'un regard, un seul, il peut charmer sa victime, la paralysant d'abord, puis à niveau plus élevé, peut imposer sa volonté pour obliger l'autre à faire ce qu'il ordonne, très pratique lorsqu'un esclave n'est pas très obéissant...

# La main de fer : Il peut durcir les muscles de son corps, particulièrement ceux de ses jambes et ses bras lorsque la situation l'exige, résistant ainsi à bien des assauts...
Date d'inscription : 21/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, mon maître viendra.

Message par Snow White le Dim 17 Mai - 16:11

Avouons que c'était étrange, la façon dont un être si mince, à l'allure un peu androgyne, avait un tel pouvoir sur l'homme qui avait frappé Snow. En effet, la force n'avait aucun mérite, sans technique. Le jeune homme, lui en avait. Il avait cette façon de se faire respecter, dès le moindre regard. Snow trouvait cela absolument fascinant, elle qui avait toujours usée de la force pour se faire entendre, en vain. Elle admirait la scène, assise dans sa cage, silencieuse, les yeux ébahi, un peu comme si Dieu se présentait devant elle pour la sauver, même s'il elle savait qu'une telle personne n'existait pas.
Soit. L'homme, après avoir mit le garde répugnant à terre, avança vers Snow, qui ne savait plus que faire. Elle se mit à quatre pattes, comme un chat près à sauter sur sa proie, bien que dans l'histoire, ce fut plutôt elle, la souris. Puis il tendis la main, une main parfaite. Les doigts fins, les ongles limés, une paume blanche sans peau mortes, lisse. Un main si parfaite que Snow eu envi de la saisir, juste pour sentir cette perfection sur son corps sale. En effet, rien qu'en comparant les mains de nos deux individus, on pouvait distingué leur classe sociale. Snow, elle, contrairement à l'homme, avait les mains petites, paraissant sales, les ongles rongés. C'était laid. Pourtant, on aurait dit qu'il n'avait pas peur de lier ce lien, malgré l'infériorité de la demoiselle. Là, il laissa apparaître un petit sourire, sur ses lèvres d'ange, puis dit

-Je me présente, Vladimir Von Oleander, le "Comte" de Roumanie ancienne, je crois que vous pourriez m'être utile.

Puis là, Snow plissa les yeux, d’un air étonné et dégoûté. Elle lui répondit froidement, en le regardant de travers

- J’suis pas un objet. J’suis pas UTILE.

Bien sur, Elle n’avait pas encore compris qu’ici, elle ne devenait qu’un esclave, soit un objet sans valeur propre. Mais la plaque qu’elle portait autour du coup lui retirait tout espoir de liberté. Une plaque avec dessus gravé « Snow. Esclave n°XXX ». Elle n’était donc qu’une parmi les autres, rien de plus et ça, elle ne l’acceptait pas.

- Croit pas parce que t’es un vampire que t’as tout les pouvoir. J’deviendrais pas quelqu’un comme ça.

Continua-t-elle en pointant du doigt une jeune fille en train de pleurer, se faisant taper par son maître qui la plot ter en même temps.
avatar
Snow White

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 25
Où es-tu ? : En cage.
Pouvoirs : Aucun.
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wazat0-da-y0.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jour, mon maître viendra.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum